17 mai 2007 ~ 9 Commentaires

Monument au 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins (02-Aisne)

Pour lire cet article sur le nouveau site, cliquez ici !

Panneau vous indiquant la fin du chemin d'accès et la proximité du monument du 27e BCA
(Photographie prise en avril 2007)

Après la ferme de La Royère, faites un petit détour par le monument et calvaire du 27ème bataillon de Chasseurs Alpins. Pour y accéder, vous devez de nouveau suivre la D 18 vers Craonne et prendre la première rue à droite en suivant les panneaux vous indiquant le monument. Attention au bout d’un bon kilomètre, vous devrez prendre un mauvais chemin de terre à sens unique, aucune possibilité de vous ranger sur le bas côté. Au bout de ce chemin, vous découvrirez un petit monticule aménagé avec un petit parking et une aire de pique-nique.

Le monument du 27e BCA
(Photographie prise en avril 2007)

Ce monument rend hommage aux morts de la grande guerre, de 1939-1945 et aux résistants. Il est principalement dédié à la mémoire des morts de deux bataillons de Chasseurs Alpins, les 27ème et 67ème. Il fut érigé en 1947 à l’emplacement du PC du lieutenant Romieu, d’où il trouva la mort le 6 juin 1940.

Monument au 27e BCA
(Photographie prise en avril 2007)

Autre vue du monument au 27e BCA
(Photographie prise en avril 2007)

Aux abords du monument, on trouve affiché un petit historique des combats du 27ème BCA dans l’Aisne. En voici le récit complet :

« …Au cours de la guerre de 1914-1918, le 27ème BCA fut envoyé dans tous les secteurs du front. Dans l’Aisne en 1917 :
En avril, il attaque la tranchée de Lutzen (nom donné par les allemands à l’une de leurs positions).
Le 10 août, au Chemin des Dames, il repousse une terrible contre-attaque qui lui vaut sa quatrième citation, à l’ordre du Corps d’Armée.
En octobre, il attaque à Pargny-Filain, près du fort de la Malmaison, où il met en fuite l’ennemi.
En 1918, en août et septembre, au Sud-Ouest de Laon, il attaque le 31 août et prend des positions allemandes, sur la ligne Hindenburg, obtenant ainsi sa septième citation à l’ordre de l’armée.
Détenteur de 9 citations, il voyait son fanion décoré de la fouragère de la Légion d’Honneur. Le président du Conseil Georges Clémenceau tint à lui faire l’honneur d’une visite personnelle.

Les combats du 67ème BCA pendant la première guerre mondiale :

Constitué à la mobilisation générale le 2 août 1914, avec un encadrement actif provenant en grande partie du 27ème BCA, le 67ème se forma à Villefranche-sur-Mer. Après une courte période d’instruction et d’entraînement, il était embarqué dès le 21 à destination de nos frontières.
Pendant quatre ans, il fit preuve des plus belles qualités guerrières et se montra l’égal des bataillons actifs.
Le 13 août 1918, ses actions d’éclat lui avait fait décerner le titre de « troupe de choc incomparable ». Engagé dans tous les secteurs, sur la Somme, la Meuse, la Marne, l’Aisne, l’Alette, le Chemin des Dames, à Craonne, à la Malmaison, dans les Vosges, à Metzéral, au Reigchater, au Linge, à l’Hartman, il termina la campagne sur la Sambre en franchissant le canal tenu par des troupes d’élite allemandes, le 67ème titulaire de la fouragère verte, avait mérité au cours de la campagne 6 citations à l’ordre de la division, 3 citations à l’ordre du corps d’armée et 3 citations à l’ordre de l’armée.
En 1917, le 23 octobre, près de ce lieu, il enlève les positions d’entre deux monts et du ravin de Vaux dans le secteur de la Malmaison.
Le 25, il soutient une attaque sur Filain.
En août 1918, du 8 août au 17 septembre, il est engagé dans la région de Vauxaillon et se couvre à nouveau de gloire. »

A la mémoire de nos morts - 1914.18 - 1939.45
(Photographie prise en avril 2007)

9 Réponses à “Monument au 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins (02-Aisne)”

  1. Mon grand-père en a fait partie en 14/18, gazé à Verdun puis au chemin des dames. Il était estafette, titulaire de plusieurs médailles et citations. Décédé en 56, je l’ai vu et entendu cracher ses poumons des nuits entières, j’avais 10 ans à sa mort,j’ai encore ses récits en tête, j’étais son seul petit fils avant sa mort, il m’avait enseigné que les petits calibres émettaient un sifflement et les gros un chuintement, (flop flop….). Qu’il ne fallait pas se mettre dans un trou d’obus, il pouvait y avoir des gazes, et surtout les obus tombaient souvent au même endroit. Pour preuve alors qu’il escorté un groupe de prisonnier allemand vers Bar le Duc survint un pilonnage de gros calibres, les prisonniers se jetèrent dans un cratère d’obus, lui se coucha en terrain découvert, un obus frappa au même endroit, tous les prisonniers (une vingtaine) sont mort, lui était indemne, c’était en 1914, le chemin des dames en 1917. en 1918 les Dardanelles.
    Pour moi son enseignement n’était plus d’actualité en Algérie les choses etaient beaucoup moins claires, et l’ennemi partout y compris chez nous…

  2. Bonjour

    Pourriez vous m’indiquer quelle route et chemin prendre pour decouvrir ce moment appelé le monument des chasseurs du 27eme bataillon de chasseurs alpins. Merci d’avance.

    Marie51

  3. monument enregistrée par mes soins sur google maps http://goo.gl/maps/1lqL4

  4. Bonsoir ,

    Je recherche le lieu ou est inhumé mon grand-père maternel.

    nom :MELLING
    prénom :P ierre ou Peter( incorporé sous l’uniforme allemande ,
    Moselle annexée )
    né le : 09 mai 1885 à 57600 OETING
    tombé le : 25 septembre 1914 à CERNY
    domicilié à :57600 OETING

    Veuillez, Madame , Monsieur ,agréer l’assurance de mes remerciements les plus sincères

    Justin KRATZ

  5. Nicolas Pichollet 18 janvier 2015 à 13:33

    Bonjour, par hasard, sur ce monument est-il inscrit le nom de certains du 67°BCA mort au combat?
    merci NP

  6. le lieu et la date du décès de mon grand père du 27ème BCA en janvier 1915 n’est pas du tout clair !
    - dans l’aine à Ste marguerite ?
    -l’Artmanweillerkoff dans les Voges ?

    PIEYRE LEON LOUIS 2ème classe 27ème bataillon chasseurs
    N° Matricule :02364 où 02564 ? N° RECUTEMENT : 1087 à Nîmes-Mende
    Né le 13 mai 1882 à ISPAGNAC LOZERE
    Merci de renseignements

  7. Bonjour, j’ai des informations sur Pieyre Léon Louis pour monsieur Benet (commentaire) . Pieyre léon louis était mon arrière grand père . Je posséde des documemts officiels
    Vous pouvez me contacter avec l’e.mail suivant : sylvie.volcic@gmail.com
    Cordialement

  8. MONNOIR MAURICETTE 27 juin 2016 à 23:53

    EMILE LOUP DE SAINT SATUR DANS LE CHER
    SOLDAT AU 27° BATAILLON DE CHASSEURS ALPINS
    MORT AU CHAMP D’HONNEUR LE 16 AVRIL 1917
    DANS SA 29° ANNEE
    PAS DE CORPS RETROUVE…
    SON NOM EST SUR LE MONUMENT DE SAINT SATUR
    NE POSSEDONS RIEN DE PLUS SUR LUI
    JE RECHERCHE DES RENSEIGNEMENTS

  9. Bonjour. Mon père BERNARD Léopold Henri Classe 1912 fit son service militaire à Menton.au 27 ieme Bataillon de Chasseurs Alpins. A cette époque le SM durait 2 ans .À la déclaration de guerre en 1914, il fut de toutes les batailles du 27 ième. Il fut blessé deux fois, une fois au bras une balle qui lui traversa le biceps, sans gravité qu’une plaie vite guérie.La deuxième fois plus grave, un éclat d’obus dans le genou. Il fut Cité à cette occasion de cette blessure
    Plaie de genou droit par un éclat d’obus. Excellent chasseur d’un bravoure et d’un dévouement à toute épreuve à eut une très belle attitude au cours des durs combats du 29 Aout au 16 Septembre 1918; a été décoré de la Croix de guerre étoilé en bronze; insigne de blessure étoile en vermeil. Il a réchappé à cette effroyable boucherie. durant sa vie. Il a essayé d’oublier tout cela. Au débarquement en Provence. Quand les premiers corps franc sont arrivés au Quartier St Antoine. GRASSE. le 23 Aout au soir Il a servi de guide à une section qui devait joindre le Quartier des abattoirs. Marchant devant à une vingtaine de mètres. donc le premier descendu par une possible réplique des troupes nazi. Pendant que ma mère parlant Anglais, servait d’interprète au près de l’officier Américain. Mon père ( Je l’ai su plus tard ) faisait parti du réseau de résistance organisé dans l’enceinte de l’usine Lautier fils. Il n’a jamais demandé une reconnaissance quelconque. Il a été toujours un vrai patriote. Quand je vois certains qui se drapent du drapeau tricolore, cela me hérisse les poils. Pensent-ils à ceux de 14-18 , ceux de 1941 à 1945 qui ont refusé l’Etat Français, ces combattant de l’ombre. Je suis vieux , presque 89 ans. Je fais la généalogie de mes ancêtres et écris mes mémoires. En ce moment des souvenirs des combattants de 1914-1918 et de ceux de 1941 à 1945.Je pense fortement à eux, à leur sacrifices ; Malheureusement je ne puis rien rajouter à vos recherches. Désolé. Avec mes meilleurs sentiments. Jean BERNARD


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Pensées Libres... |
Le blog de la procrastinati... |
BILAOGY |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Cercle de Lumière
| L'Avenir
| ksar-hellal"sacrifiee,abuse...